COTE OUEST : A LA RECHERCHE DES MOMENTS PERDUS

Cote ouest – janvier 2005

A La recherche des moments perdus

….Un travail qui épure et met en couleurs émotions et instants d’intimité…

Ce sont des silhouettes graciles qui cheminent, solitaires.

 

Une esquisse d’enfant ramassant un coquillage, une vague qui gronde et se fracasse on ne sait où, des instants captés, figés sur la toile….Caroline de Boissieu court après des moments perdus, pas autre chose, des petits bonheurs, des grâces qu’elle capture avec sa peinture, mais pas seulement, car si ses œuvres évoquent des atmosphères de bords de mer de Boudin avec des silhouettes fugitives, l’artiste est ancrée dans son époque. Elle utilise la photographie comme matière première, une glaise qu’elle façonne et épure jusqu’à ne conserver que l’essentiel, la pose précieuse, le geste volé.

 

Plus précisément, une fois la photographie imprimée, elle en gratte la couche polymère pour retirer des parties de l’image. Des clichés pris sur les côtes normandes ou plus loin, en Bretagne ou ….subsisteront des reliefs, des figures qu’elle repeint de quelques touches de couleur vive : la mer se fait vermillon, la lande vert lichen, les chevelures blanches. L’ensemble est marouflé sur du plexiglas, ce qui accentue la transparence du jeu des matières.

 

Plasticienne et Peintre à la fois, Caroline crée avec cette technique ludique des compositions poétiques tout en légèreté. La peinture apporte un côté onirique, un peu abstrait à ces paysages et situations vécues. Actrice à part entière des peintures, l’eau s’immisce, s’étend ou envahit complètement la toile.

 

Omniprésent également, le blanc qu’elle affectionne dans toutes ses nuances, presque transparent sur le support photographique qu’elle retravaille à la manière d’un caque ou comme une « traine lumineuse » pour souligner certaines scènes….Ses toiles calques enroulées accrochent la lumière des fenêtres ; sur une table, une de ses premières toiles représentant sa fille Clara « mes enfants ont été ma première source d’inspiration » explique-t-elle..Une enfant qui joue sur l’herbe, le mouvement du bras qui s’allonge et c’est le point de départ d’une toile qui deviendra l vague ou glacier.

 

A coup de petites touches impressionnistes, Caroline raconte des souvenirs.

Dans le sillage de ses personnages, au fil de leurs pas qui s’approchent, nos propres vies….

Le succès de ses expos vient confirmer son sentiment d’artiste…

 

 

Texte Agnès BENOIT

  • Instagram
  • Caroline de Boissieu
  • Caroline de Boissieu

© Caroline de Boissieu - 2019